Coraillerie ou commerce du corail
image_Corallium_rubrum_coraillerie

Le mot coraillerie est synonyme de commerce du corail. Depuis le Moyen-Age, en Méditerranée, la coraillerie a favorisé les échanges autour du bassin méditerranéen grâce aux différentes activités en lien. Pêche, industrie et commerce sont les principaux domaines sur lesquels certaines populations méditerranéennes se sont concentrés grâce à l’exploitation du corail rouge. Monnaie d’échange, bijou, amulette ou médicament, le corail rouge de Méditerranée n’a eu de cesse de fasciner les Hommes. A travers nos pièces d’exception mais aussi grâce aux bijoux en corail emblématiques que nous vendons (mains ou cornes) , nous espérons continuer à vous fasciner avec cette matière.

Notre activité de commerçant désigne notre établissement sous l’appellation coraillerie. Nous avons préféré l’appeler « Taillerie » pour notre activité de lapidaire.

Fixer le prix du corail

Pour fixer le prix final d’un objet ou bijou en corail, nous étudions de nombreux critères. Notamment, tout ce qui concerne la pièce de corail brut. L’absence de perforation de la matière, l’homogénéité de sa couleur rouge foncée en font partie. Mais, c’est la grosseur initiale du squelette brut (et donc de l’objet final obtenu) qui reste le critère principal. C’est la raison pour laquelle il est très difficile de donner un prix au kg.
En théorie, un bijou en corail rouge de Méditerranée aura plus de chance d’être véritable, qu’un bijou en corail d’Asie, où l’habitude tend à traiter la matière (hormis le corail du Japon).
Assurez-vous que le bijou en corail que vous convoitez ne laisse pas apparaitre de petites perforations. Et que celles-ci ne sont pas de couleur noir. Cela peut signifier que vous êtes en présence d’un corail traité. S’il est vendu pour du corail rouge, alors il s’agira d’une contrefaçon.