Les perles de culture

Les perles de culture

Les perles vendues aujourd’hui dans le monde sont en majorité des perles de culture. Pour produire une perle de culture, il faut qu’une main experte introduise délicatement un corps étranger dans une huître ou dans une moule adulte et saine. Le mollusque est en suite replacé dans un environnement naturel, où l’on devra lui apporter le plus grand soin pendant deux à trois années. Ceci n’est pas aussi simple que l’on pourrait le croire! L’opération est toujours un défi, le succès n’est pas toujours au rendez vous! La forme, la rondeur, la couleur et surtout la qualité, celle-ci se définit par une couche perlière homogène et régulière sans tache ni cicatrice…

 

Les Perles Des Mers Du Sud

On identifie facilement les perles des mers du sud à leur grande taille. Elles ont un diamètre de 9 à 17 mm et rarement supérieur.

Les perles de ces mers sont considérées comme nobles,  en général elles présentent  une couche de matière perlière solide et saine autour du noyau de nacre greffé. Ce « manteau »  épais leur conserve couleur, lustre et orient. Belles naturelles, elles sont commercialisées telles qu’elles sont nées de l’huitre.

Dans les perles des mers du sud nous retrouvons deux catégories, les claires et les foncées. Leurs  lieux de production sont :

Pour les claires, une zone géographique qui s’étend de l’Australie à l’Ind,onésie et des Philippines à la Thaïlande, un peu en Birmanie et au sud du Japon a Okinawa.

Pour les foncées, dont la principale est la perle noire de Tahiti, leur zone géographique occupe une large région du Pacifique sud qui s’étend vers l’est, des iles Cook à la Polynésie Française (Tahiti, les Tuamotu et les iles Gambier). Quelques rares autres lieux de production sont l’Indonésie, les Philippines, Okinawa, Hawaii, les iles Fidji et la Nouvelle Calédonie. La plus importante production est celle de la Polynésie Française avec Tahiti.

 

La culture

Les perles de catégorie claire, sont cultivées dans un mollusque nommé Pinctada maxima. C’est l’une des plus grandes variétés parmi la trentaine d’espèces d’huitres perlières connues dans le monde. La coquille de celle-ci peut atteindre les 25 à 35 cm et peut peser 5 kg.

Les perles dorées ou « Gold » ou encore « Champagne » sont associées à la catégorie des perles claires, l’huitre mère, dans laquelle elle est élevée se nome « lèvres dorées » ou « lèvres jaunes » elles appartiennent également à la famille des Pinctada maxima.

Les perles de catégorie foncée, sont cultivées dans un mollusque appelé Pinctada margaritifera. Ce coquillage, légèrement plus petit, mesure de 12 à 15 cm et, exceptionnellement 20 cm.

La période d’élevage pour les perles des mers du sud est généralement de deux à trois années.

 

La couleur

Les perles des mers du sud représentent une grande variété de couleurs. La catégorie claire offre des teintes qui vont du blanc argenté à l’or en passant par de superbes nuances rose, crème, champagne, verte, bleu et jaune…

La catégorie foncée, déploie une gamme de couleur encore plus étendue; du noir profond, noir paon, vert, bleu, gris, brun, pétrole, aile de mouche, et très très rarement argenté ou blanc!

 

La forme

Les noyaux de nacre greffés  sont toujours sphériques. Pourtant on n’obtient qu’un pourcentage faible de perles spécifiquement rondes. Dans chaque récolte on obtient des quantités importantes de perles de formes différentes comme, demi-ronde, ovale, bouton, lentille, ou baroque.

 

Les Perles de Culture Akoya

Principales caractéristiques : les huitres mères  ne dépassent pas 7 à 8 cm à maturité et donnent naturellement des perles dont le diamètre varie entre 2 et 9 mm rarement 10 mm.

Le Japon  est le pays producteur depuis plus d’un siècle, il est le précurseur et encore leader  de la culture de cette perle Akoya. Depuis les années 1990 la Chine s’est mise à en produire, et avec le temps et la persévérance a finalement concurrencer la production Japonaise.

Les perles Akoya sont cultivées dans un mollusque bivalve de la famille des Ptériidae, du genre Pinctada, espèce fucata, sous espèce martensii, d’où son nom de Pinctada fucata martensii et dans le langage courant et mondial, on la désigne sous son nom japonais d’Akoya

Comme pour toutes les perles cultivées (perles de culture) on implante soigneusement dans la gonade des huitres mères un greffon de manteau et un noyau de nacre. Dans les huitres Akoya les greffeurs peuvent y insérer jusqu’à trois voir quatre noyaux, cela seulement si l’huitre est  de bonne taille et en bonne santé!  Pour les perles des mers du sud, l’huitre ne peut recevoir qu’un noyau unique.

Le temps de culture est d’une année pour des perles dites « commerciales » et pour de meilleures qualités, avec une meilleure couche perlière de deux à trois années.

Pour la couleur beaucoup de perles sont traitées, cela afin de répondre à une demande infondée, celle d’une couleur blanche ou rosée, alors que naturellement les perles Akoya sont crème ou champagne pour les plus belles couleurs et malheureusement vertes ou jaunâtres… pour beaucoup d’entre elles !

Alors préférez une teinte champagne clair ou plus dorée selon votre teint de peau!

 

Les Perles de Culture D’Eau Douce

Au 13ème siècle les Chinois découvrirent que l’on pouvait cultiver des perles dans les mulettes, une espèce de moule d’eau douce. Mais les résultats obtenus à cette époque ne permettaient pas de les classer comme perles de culture…

Les Japonais au milieu des années vingt avec le succès de leur culture en eau de mer, tentent l’expérience sur des mulettes dans les eaux douce du lac Biwa…

En 1946 une production de qualité voit le jour et elles porteront le nom de « perle Biwa » pour une longue période…

La Chine retente de produire des perles dans les années soixante, c’est seulement en 1990 qu’elle parviendra à une qualité acceptable et avec des coûts de production inferieurs au Japon, une surproduction et un manque de contrôle, les prix s’effondreront et la « Perle de Chine » envahira le monde!